Vous êtes ici

Chers usagers,

La société Bathysphere productions tourne un documentaire sur l’Île de loisirs du 1er Juillet au 17 septembre.

Si vous croisez l’équipe de tournage et que vous ne souhaitez pas apparaître sur le documentaire,

n’hésitez pas à leur signaler. Ci dessous, vous trouverez l'interview du réalisateur, Guillaume Brac, afin d'en savoir un peu plus sur sa philosophie et l'objectif du film.

Bonne lecture, et bonne journée !

________________________________________________________

FOCUS SUR ... Guillaume BRAC

 

La Com’ : Bonjour Guillaume, pourriez-vous vous présenter au personnel de l’Île de loisirs ?

Guillaume B. : Bonjour, je m’appelle Guillaume Brac et je suis réalisateur de cinéma. J’ai déjà sorti deux films au cinéma, intitulés «Un monde sans femmes» et «Tonnerre». Le tournage de mon troisième film, dont le titre provisoire est « Le bel été » va débuter dans les jours à venir,  d’où la présence de mon équipe sur l’Île de loisirs.

La Com’ : Justement, dites-nous en plus : pourquoi l’Île de loisirs ?

 

Guillaume Brac : J’ai vécu les treize premières années de ma vie dans les Yvelines et j’ai toujours connu l’Île de loisirs de Cergy-Pontoise. Je me souviens encore du bateau pirate sur lequel je venais jouer. J’ai un rapport personnel et affectif avec ce lieu, lié à des souvenirs familiaux. Puis un jour, j’ai vu le film «L’amie de mon amie» d’Eric Rohmer, tourné sur place. Pour la première fois, le cinéma rencontrait un lieu qui m’était familier. Et des années plus tard, j’ai eu envie, à mon tour, de filmer ce lieu dans toute sa diversité, sa complexité. A l’Île de loisirs, on croise des centres de loisirs, des groupes d’amis, des familles, des sportifs, de tous âges, de toutes origines. Il y a peu d’endroits en Région parisienne qui rassemblent des gens aussi différents. 

 

La Com’ : Vous semblez vraiment porter l’Île de loisirs dans votre coeur. Pouvez-vous maintenant nous en dire plus sur l’objectif de votre tournage chez nous ?

 

Guillaume Brac : Il s’agit d’un film documentaire prévu pour le cinéma, qui sera également diffusé sur le câble. On ne sera donc pas dans une démarche - forcément un peu superficielle - de reportage ou de film promotionnel. Ce qui m’intéresse, c’est d’explorer le lieu en profondeur, de le comprendre, d’aller à la rencontre de gens très différents, de les filmer dans leur simplicité, leurs moments précieux de vacances, de montrer la mixité sociale. Je pose sur l’Île de loisirs un regard très curieux et positif, que je veux faire transparaitre à l’écran, sans pour autant gommer les difficultés potentielles sur l’organisation et la gestion d’une telle structure. Je le rappelle, il n’est pas question de tourner un film promotionnel, mais bien de montrer les gens qui font vivre le lieu, qu’il s’agisse des usagers ou bien du personnel. C’est pour cela que j’ai passé beaucoup temps sur place ces derniers mois à leurs côtés. Jusqu’ici, j’ai toujours reçu un très bel accueil.

 

La Com’ : Vous parlez de filmer les usagers et le personnel. Comment allez-vous procéder vous et votre équipe ?

 

Guillaume Brac : Il faut déjà commencer par présenter un peu mon équipe car ils seront amenés à côtoyer le personnel. Pour ce tournage, je serai accompagné de Fatima Kaci, assistante de réalisation, de Martin Rit, caméraman, et de Nicolas Joly, ingénieur du son. Certains les ont peut-être déjà rencontrés lors de nos repérages. Au-delà de leur compétence, ce sont des gens curieux et sympathiques, qui sont tombés à leur tour sous le charme de l’Ile de loisirs. Pour que le film soit le plus juste et le plus vivant possible, il est important qu’il se crée une complicité avec le personnel, qu’il se sente à l’aise, qu’il fasse comme d’habitude, comme s’il n’y avait pas de caméra. Et que notre présence à ses côtés devienne naturelle. J’en profite pour rappeler que participer à ce projet doit rester un plaisir, un jeu, l’envie de vivre une expérience nouvelle, et de participer à ce qui sera, j’en suis sûr, un beau film. Mais que ce n’est absolument pas une obligation. Chacun est bien entendu  libre de ne pas être filmé, il suffit de nous le préciser. 

 

La Com’ : Pour quand est prévu la fin de tournage et la diffusion du film ?

 

Guillaume Brac : Le tournage va durer environ 6 semaines, étalées sur tout l’été. Nous passerons ensuite en montage et espérons un film fini pour mai 2018. Nous n’avons pas encore de visibilité pour la diffusion mais vous en serez bien évidemment informés.

________________________________________________________